mardi 22 mai 2018

SILENCE...

Silence…
Ouvre ton cœur au silence
Ecoute…
Ne parle pas.
Impose le calme à ton être profond
Reçois le silence…
En lui s’exprime l’Esprit
Comme une lumière
Qui se glisse dans tes pensées
Pour en délier les nœuds.
Comme une source d’eau vive
Qui irrigue tous les replis de ton âme.
Ne parle pas.
Impose le calme à ton être profond
Ecoute le silence…
Et dans ce silence
Accueille l’Ineffable Présence ;
Elle fécondera ta vie.
Claude Caux-Berthoud - "Prier le temps d'une pause" aux éditions Olivétan
 

samedi 12 mai 2018

PENTECOTE- LE VENT SOUFFLE Où IL VEUT....

Le vent souffle où il veut,
Et l’on entend sa voix
Qui parle sur la ville,
Jouant ses propres jeux,
Ses jeux de liberté.
Le vent souffle où il veut
Pour son œuvre de vie,
Mais nul ne peut savoir
Ni d’où il vient,
Ni où il va !
L’Esprit souffle où il veut,
Et l’on entend sa voix
Lever du cœur de l’homme,
Chanter que Dieu est Dieu,
Un Dieu d’humanité !
L’Esprit souffle où il veut
Pour un psaume nouveau,
Mais nul ne peut savoir
Ni d’où il vient,
Ni où il va !
Tu es peuple de Dieu
D’avoir reçu l’Esprit
Qui joue avec les hommes
Et met leur terre en feu,
Leur terre en charité !
Tu es peuple de Dieu
Pour une ère d’amour,
Mais tu ne peux savoir
Ni d’où tu viens,
Ni où tu vas !

mercredi 9 mai 2018

L'ASCENSION

Giotto_di_Bondone_-_No._38_Scenes_from_the_Life_of_Christ_-_22._Ascension_-_WGA09226.jpg« Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. » 
                                      Ascension- GIOTTO
Homélie de la solennité de l’Ascension - Année B - Père Pierre-Marie (2015=
Texte de l’homélie :
Frères et Sœurs bien-aimés,
Nous le savons, la fête de l’Ascension, c’est la fête de l’Espérance. C’est ce qui a déjà été dit dans la prière d’ouverture que j’ai prononcée au commencement de cette célébration :
« Il nous ouvre les portes du Ciel, et c’est là que nous vivons en Espérance. »
L’Espérance c’est ce que le Seigneur, Lui-même monté dans les Cieux avec son corps et son âme, nous appelle à vivre. L’Espérance, c’est croire aux promesses de Dieu. Et le Pape Benoît XVI a rédigé, il y a quelques années, une encyclique à la fois très profonde et accessible sur le thème de l’Espérance. Et il se posait la question :
" Est-ce que l’Espérance chrétienne a un sens aujourd’hui ?"
Parce que force est de constater que la foi en la vie éternelle a des conséquences considérables.
Par exemple dans l’éducation. Lorsqu’on met un enfant au monde, si nous croyons que nous le mettons au monde non pas pour la fosse mais pour la vie éternelle, cela entraine une manière particulière d’éduquer ! Déjà on prépare son cœur pour contempler Dieu ! Et la différence, me semble-t-il entre l’enseignement catholique et l’enseignement public se trouve là. Des bons et des mauvais établissements, il y en a dans les deux parties. Mais dans l’enseignement catholique, quand il est digne de ce nom, on enseigne les enfants, on les élève dans l’intelligence, mais aussi on élève leur âme pour qu’ils puissent un jour contempler Dieu.
Il y a aussi des conséquences de l’Espérance en la vie éternelle dans le respect de la vie, aussi bien en ses commencements qu’en sa fin. Nous croyons que la personne humaine est déjà en formation dans le sein maternel, et elle est déjà cette personne qui sera appelée à contempler la vie éternelle, à contempler Dieu pour l’éternité.
Il en est de même pour les souffrances que nous pouvons traverser, que se soit dans le grand âge ou les souffrances de santé ou toutes les souffrances de la vie. Le Pape Benoît XVInous dit que pour pouvoir les traverser, il faut qu’elles soient éclairées par une lumière d’une espérance plus grande, qui ne peut être détruite ni par les échecs dans les petites choses, ni par les effondrements de portée historique. Pour traverser les difficultés de la vie, il faut une lumière ! Si nous croyons que la vie se termine dans la fosse, très bien ! Mais cela a bien sûr des conséquences dans notre manière de vivre, dans notre manière de traverser les épreuves.
Et l’on voit bien aujourd’hui que la perte de l’Espérance chrétienne engendre une perte de courage dans la traversée des épreuves, une forme de découragement général. Il nous faut être attentifs à cela, parce que c’est précisément cette Espérance que nous verrons Dieu, que nous Le contemplerons, et que notre passage ici-bas est une préparation à la contemplation pour l’Éternité de Dieu, qui motive toutes nos actions. Si c’est la fosse qui nous attend, eh bien mangeons, buvons, festoyons, et mourons !


La fête de l’Ascension est donc bien une fête centrale dans notre foi parce que précisément, comme on le dit dans le Credo chaque dimanche, on croit à cette vie éternelle, on croit aux promesses de Jésus :
« Là où je serai, vous serez vous aussi. »

dimanche 6 mai 2018

SAINT SILOUANE

Oui, le but  de  notre  vie, c'est  de connaître Dieu,  et,  comme  le disait souvent saint Silouane, de «le connaître dans le Saint-Esprit [2]».
Dans  ses écrits,  saint Silouane  redit souvent  qu'il  y a  une grande différence entre croire simplement que Dieu existe, et le connaître dans le Saint-Esprit. Le connaître,  en ce sens-là, ce n'est pas avoir une idée, ou  des  idées,  sur  Dieu.
C'est   avoir  la  connaissance  intime,  avoir l'expérience de sa présence  dans  notre  cœur et comme  la sensation  de ce que Dieu, -la Sainte Trinité - , est, que Dieu est la bonté infinie, que  Dieu  est  l'amour  infini,  que  Dieu  est  la  beauté  infinie. 
La  vie éternelle, c'est de réaliser cela.  C'est de se sentir en communion profonde, en communion intime avec cette  beauté infinie, cette bonté infinie, cette miséricorde infinie que Dieu est.
C'est  «sentir  » tout cela, parce  que nous sommes imprégnés de Dieu, comme le fer rouge est pénétré par le feu.
Seulement, saint  Silouane  ajoute  aussitôt  que c'est l'humilité qui ouvre notre cœur à cette connaissance.
L'humilité en est la clef : « Dieu se révèle aux humbles» ; c'est là une parole de l'Écriture. On lit en effet dans le livre de l'Ecclésiastique : « Dieu révèle ses secrets aux humbles» (Siracide 3, 19).
Et saint Silouane, reprenant en même temps cette autre parole que nous chantons  dans la grande Doxologie et qui est tirée d'un psaume (Psaume 35, 10), nous  dit que« la lumière dans  laquelle nous voyons  la lumière », c'est  l'humilité.  « L'humilité est la lumière dans laquelle nous pouvons voir la Lumière, Dieu[3]  ».
C'est seulement quand notre cœur est dépouillé de tout orgueil, de tout  attachement à  notre ego, que  nous  pouvons  véritablement avoir cette expérience intime de Dieu,  expérience qui est la vie éternelle, qui est déjà un avant-goût ici-bas de la béatitude éternelle du Ciel.
C'est cette connaissance  qui est vraiment  déjà  le Ciel dans nos âmes, dès aujourd'hui.

mardi 1 mai 2018

MOURIR GUERI- ALAIN HOUZIAUX


Peinture de DALI
Mourir guéri , c'est mourir "consolé" de sa vie.
Dans le grec du Nouveau Testament "consolateur" et "consolation"
ont un sens très fort. Le "consolateur" c'est l'avocat (I Jean2, 1)
celui qui vous défend lorsque vous êtes accusé.
Plaise au ciel qu'avant de mourir, nous puissions découvrir qu'un Autre
Le  Consolateur, défend et à toujours défendu notre vie à notre place.
Oui, mourir guéri, c'est mourir en ayant fait la paix non seulement
avec les autres et les misères qu'ils vous ont faites mais aussi avec son passé
ses erreurs et ses propres fautes.
C'est mourir en ayant fait la paix avec tout ce que l'on a fait d'inutile
avec tout le temps que l'on a perdu à des querelles
de pacotille, à des ambitions bien vaines et à des combats bien futiles.
Mourir guéri c'est mourir en paix avec les autres et avec ce que l'on a été.
Et c'est peut-être cela l'ultime forme de la sagesse
ou l'ultime  forme de la foi en la grâce.
Mourir guéri c'est avoir la grâce  de découvrir ceci: 
tu as le droit d'avoir eu la vie que tu as eue même si tu la trouves peu reluisante.
Et tu as ce droit par grâce
La vie est un cadeau. Tu as eu le droit de vivre de tout son long le fleuve de la vie
même si tu ne sais pas pourquoi il t'a été donné de vivre. (dernière page)

Alaun Houziaux- Dix questions simples sur la vie- Albin Michel- Espaces libres

La BIBLE- PENSEE DE BOBIN


Le silence de la Bible. Lisant un psaume de David, j'ai reçu le souffle de l'éternel, c'est-à-dire du mortel, en plein visage. Les écritures dites « saintes » ne sont pas plus saintes qu'une liste de courses épinglée sur une plaque de liège dans une cuisine : les deux témoignent du souci d'un vivant, du petit désir adorable de maintenir vie et souffle le plus longtemps possible. 

BELLE PRIERE DE JEAN GRENIER + 1971



Ô Toi qui ne fait aucune différence entre les êtres et pour qui le jour et la nuit sont équivalents,
Délivre-moi du mal c'est à dire de la croyance que quelque chose est à éviter et par conséquent de 
la peur et des scrupules.
Délivre-moi du bien c'est à dire de la croyance que quelque chose puisse être désiré
et par conséquent de l'envie, de la jalousie de la cupidité et de l'orgueil

Jean  Grenier

Membres

Archives du blog